Femme Ingénieure

Femmes, au secours !

femme ingenieur numerique penurie 3.jpg

L'industrie du numérique est à la recherche désespérée de talents. Un casse-tête que les employeurs n'arrivent toujours pas à résoudre. Pourtant, la solution à ce problème est toute trouvée : s'il n'y a pas assez d'ingénieurs, c'est qu'il n'y a toujours pas suffisamment d'ingénieures.

Où sont les femmes ? La question que se posait Patrick Juvet en 1977 est toujours d'actualité. Les employeurs du domaine de l'IT (Information Technology) se la posent tous les jours, à l'heure où ils n'arrivent pas à dénicher de nouveaux ingénieurs.

Comme l'explique un article du magazine IT for Business, les entreprises se creusent la tête en permanence à la recherche des perles rares de demain, à savoir tous ces ingénieurs informatiques qui leur permettront d'être compétitifs et performants à l'ère des nouvelles technologies. « Nous recherchons des profils avec une expertise technique, mais aussi dotés d'un savoir être, d'une forte capacité d'intégration, attachés à la culture d'entreprise et impliqués dans la connaissance du business de l'entreprise, explique Karine Favrou, responsable des ressources humaines de Price Minister. L'expertise technique ayant une forte connotation de temporalité, les profils uniquement geeks ne nous intéressent pas. » En aucun point, dans la description de son candidat idéal, Karine Favrou explique être à la recherche d'un profil masculin. Et pourtant, sans forcément le savoir, elle s'adresse à un vivier déserté par les femmes.

30 % de femmes sur 7 millions d'ingénieurs

Sur les 7 millions de personnes dans le monde qui travaillent dans le secteur de l'IT, à peine 30 % sont des femmes. Pourquoi ? Pour Dominique Epiphane, sociologue au Cereq et coauteur du rapport « Femmes dans les métiers d'hommes : entre contraintes et déni de légitimité » (2014), le problème pourrait être lié à l'autolimitation : « Les femmes s'interdisent elles-mêmes d'aller vers ces filières à cause de la difficulté d'organisation entre vie privée et vie professionnelle. » Pourtant, de plus en plus d'entreprises leur ouvrent la porte en reconnaissant que la mixité est source de vision transverse et de performance.

Le problème pourrait ainsi d'abord être lié à la scolarité. Joël Courtois, directeur général de l'EPITA, l'école d'ingénieurs en informatique du Groupe IONIS, fait écho à ce point : « Actuellement, les écoles d'ingénieurs enregistrent entre 5 et 10 % de filles chaque année. » Alors qu'un étudiant sur cinq envisage aujourd'hui de faire carrière dans les STEM (Science, Technology, Engineering, and Mathematics), seulement une étudiante sur vingt considère ce parcours, donnant un peu trop de crédit à l'idée reçue certifiant que les maths sont « un truc de garçon ». Une étude menée par Opinion Way et la Fondation L'Oréal prouve que ces clichés - qui plombent la mixité dans les métiers technologiques - sont loin d'être de l'histoire ancienne. « L'étude montre que 67 % des Européens pensent que les femmes n'ont pas les capacités requises pour accéder à des postes scientifiques de haut niveau », résume David Macdonald, directeur de la philanthropie « Pour les femmes et la science » à la Fondation L'Oréal.

Des problèmes de recrutement pour 39 % des employeurs

La neuroscientifique Lise Eliot, interrogée pour Slate.com, vient mettre à terme à ce débat surréaliste. S'appuyant sur l'analyse de 6 000 IRM, elle remet les choses en ordre : « Beaucoup de gens croient qu'il existe un cerveau féminin et un cerveau masculin. Mais, quand on regarde dans le détail de ces études, et dans les données, on trouve en réalité des différences non significatives. » Les femmes seront donc toutes aussi aptes à faire carrière dans les sciences - hourra ! La pénurie d'ingénieur devient ainsi une opportunité pour elles. « Les offres dans le secteur IT sont en forte croissance et représentent 20, 25 % de l'ensemble des annonces sur notre site, avec une accentuation habituelle en fin d'année, confie Fabice Mazoir, responsable du contenu éditorial du site RegionsJob. Un tiers des demandes cible tout de même des jeunes ingénieurs. Mais en France, nous n'en avons pas assez : il n'est pas rare qu'ils tentent d'abord d'exprimer leurs talents à l'étranger. » Au total, 39 % des employeurs estiment d'ailleurs avoir des difficultés de recrutement. L'offre ne pourra jamais rattraper la demande si les choses restent dans l'état. Les femmes doivent s'insérer une bonne fois pour toute - massivement et durablement - dans le domaine des nouvelles technologies, et profiter ainsi de la richesse d'un monde qui leur tend les bras.



Laissez un commentaire


Saisissez les caractères que vous voyez dans l\'image ci-dessus.