Femme Ingénieure

Rencontre avec Olivia Laborde
IPSA - Promo 2012
Ingénieur hydraulique

oliviaArticle.jpgOIivia Laborde (IPSA promo 2012) est ingénieure hydraulique chez Airbus.

Quel est le travail d'un ingénieur hydraulique ?
Dans les grandes lignes, mon travail consiste à assurer un service après-vente pour les compagnies aériennes. Plusieurs équipes sont disponibles pour répondre à leurs questions, notamment à les dépanner lorsqu'un problème technique survient. En plus de ce support, il y a un travail de veille intellectuelle et d'amélioration continue afin de déterminer si un problème technique devient anormalement récurrent, pour envisager une amélioration.

Dans quelle mesure est-ce un métier passionnant ?
On ne connait pas la routine ! Nos journées sont rarement les mêmes car elles sont cadencées en fonction des demandes des compagnies. Personnellement, j'aime être l'intermédiaire entre les compagnies aériennes et Airbus. Nous représentons la société auprès des compagnies aériennes mais nous sommes également les portes paroles des compagnies auprès de l'avionneur. Ce métier est passionnant et enrichissant car il permet en plus d'être en contact avec des personnes de nationalités différentes.


« Nous avons bénéficié d'un encadrement privilégié »


Travailler à Airbus, c'était une évidence pour vous ?
À ma sortie d'école, je voulais travailler dans un grand groupe aéronautique ou spatial. Pour beaucoup de monde Airbus représente un objectif. Du coup, quand l'opportunité d'y travailler s'est présentée, j'ai sauté sur l'occasion !

Avez-vous toujours voulu être ingénieure ?
Depuis petite, je suis passionnée par l'aéronautique. Être pilote était hors de portée ; devenir ingénieur aéro était le bon compromis car je voulais pouvoir continuer à travailler sur des avions.

Que retenez-vous de vos années à l'IPSA ?
J'ai eu la chance de faire partie de la première promo issue de l'IPSA Toulouse. Nous avons bénéficié d'un encadrement privilégié et d'une ambiance plus rapprochée entre nous, vu qu'on était peu nombreux. L'arrivée sur Paris en 4e année a été un gros changement, le groupe de Toulousains était en minorité mais toujours aussi soudé ! On a été bien accueillis, c'était très enrichissant de rencontrer des élèves issus de partout en France et d'assister à des conférences d'intervenants des milieux spatial et aéronautique.


« Le milieu a beaucoup évolué »


Pensez-vous qu'être une femme dans un milieu d'homme est un atout ?
Être une femme dans un milieu d'homme est clairement un atout, beaucoup de collègues ont toujours un mot gentil pour nous ! Après, au niveau professionnel, je suis sur un pied d'égalité avec mes collègues hommes.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui n'osent pas encore envisager une carrière dans l'ingénierie ?
Être ingénieur, c'est en général travailler dans un milieu technique, donc d'hommes. Quand on est une jeune femme, on peut parfois hésiter de peur de ne pas être considérée par ses collègues. Aujourd'hui, le milieu a beaucoup évolué, les femmes sont tout autant écoutées que les hommes et évoluent comme eux. Alors quand on aime le technique, le travail en équipe et le challenge, il ne faut pas hésiter à envisager une carrière dans l'ingénierie, elle sera forcément enrichissante et passionnante !



Laissez un commentaire


Saisissez les caractères que vous voyez dans l\'image ci-dessus.